Les légendes révolutionnaires, épisode 6 : L’héroïne de Saint-Milhier

Tandis que je parcourais sur internet les articles d’un groupe dédié à la Vendée et à la Chouannerie, mon regard s’est figé sur une image associée à un texte intitulé « Les femmes guerrières ». Le propos ne concernait que des Vendéennes – Madame de Lescure, Marie-Antoinette Adams, ou encore les amazones de Charette – et son auteur aurait été mieux avisé de choisir une autre illustration que cette gouache révolutionnaire de Lesueur, « L’héroïne de Milhier ».

Heroine de Saint MilhierL’héroïne de Milhier, par Lesueur (Musée Carnavalet, Paris).
On notera que dans cet exemple la ville de Saint-Milhier
a été touchée par la déchristianisation de l’an II

D’où provient cette image popularisée par tant de peintres et graveurs ? Vraisemblablement de l’Est de la France, à l’époque où Prussiens et Autrichiens menaçaient la frontière lorraine. Car ce « Milhier » ou « Saint-Milhier » ne serait autre que Saint-Mihiel, dans la Meuse. On en trouve l’origine dans les écrits de Léonard Bourdon, auteur en l’an II d’un Recueil des actes héroïques et civiques des républicains français, ouvrage dans lequel les peintres de l’époque ont copieusement puisé afin de garnir l’iconographie révolutionnaire.

Le troisième fascicule de ce Recueil rapporte en effet l’anecdote suivante : « 15 brumaire, l’an premier. Les ennemis s’étaient rendus maîtres de Saint-Milhier. Une jeune femme, entourée de ses enfants, était assise tranquillement dans sa boutique, sur un baril de poudre ; elle tenait deux pistolets à la main, disposée à faire sauter la maison et toute sa famille plutôt que de tomber au pouvoir des brigands. Son courage et cette mâle contenance leur en imposèrent, et son asile fut respecté. » On peut déjà se demander ce que cette femme faisait tranquillement assise sur un baril de poudre, en notant qu’à cette date du 15 brumaire an premier – 5 novembre 1792 – la Vendée n’était pas encore en guerre et que le récit n’en fait, du reste, nulle mention.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.