Chantal Delsol : « entrer en dissidence »

Le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, veut faire des enfants de parfaits petits modernes au lieu de simplement leur transmettre les fondamentaux scolaires : savoir lire, écrire et compter. Pour lutter contre l’idéologie républicaine, cette pensée de la défiance, la philosophe Chantal Delsol en appelle à une pensée de la confiance.

La réforme sur les rythmes scolaires, présentée par Vincent Peillon, provoque une levée de boucliers de la part du corps enseignant et des parents d’élèves. Une preuve de plus que l’éducation nationale est impossible à réformer ?
Ce qui se passe, c’est surtout que les gouvernements se hâtent, presqu’en permanence ou au moins à un rythme accéléré, de promouvoir des réformes qui portent en général sur des points marginaux mais qui sont données pour capables de résoudre le problème dans son entier. Chaque fois cela coûte une fortune de déplacer cette énorme masse, et peu après on recommence dans l’autre sens. Bien entendu, il y a toujours des gens que cela n’arrange pas, et qui font grève. Tout cela est dérisoire. On ne réformera pas cette usine à gaz en enlevant deux heures d’Histoire ou en libérant deux ou trois après-midi par semaine. Les problèmes sont beaucoup plus profonds. On agite la surface pour faire semblant d’agir, alors qu’il faudrait plonger au fond.

Quand le ministre de l’éducation nationale déclare « qu’il faut arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social », quand il concocte une charte de la laïcité obligatoire, est-il dans son rôle ?
Il est dans le rôle parfait d’un idéologue un peu daté, persuadé que l’état peut éduquer les enfants à la place des parents et en faire un bataillon de petits soldats à son service et à sa solde. Il ne faut pas hésiter à le dire : c’est du fascisme. Ce n’est pas parce que Monsieur Peillon parle au nom des Lumières qu’il peut tout se permettre. Arracher l’enfant à l’influence de sa famille pour le mettre sous influence étatique, c’est meurtrier de toute façon, quelle que soit l’idéologie au nom de laquelle on le fait. Devant cela, nous n’avons plus qu’à entrer en dissidence.

Nombreux sont ceux à parler « d’égalité des chances » alors que, chaque année, un enfant sur trois entre en sixième en ignorant les bases de la lecture, de l’écriture, du calcul. Comment expliquer l’échec de l’éducation nationale ?
L’une des raisons est la pédagogie nouvelle qui, par exemple, apprend aux enfants de maternelle la linguistique au lieu de leur apprendre les éléments basiques de la lecture/écriture. Je veux dire qu’il s’agit de méthodes prétentieuses et emphatiques, délivrées dans des langages aberrants auxquels on ne comprend rien – et c’est fait pour : cela rend les enseignants importants et branchés, c’est le propre de l’esprit IUFM. On en arrive donc à cette absurdité : les enfants de maternelle font de la linguistique et, en 4e année d’université, il faut leur apprendre l’orthographe, qu’ils n’ont jamais acquise… Il faut revenir au lire/écrire/compter et s’en tenir absolument là, et c’est d’ailleurs ce que font avec succès toutes les écoles hors contrat qui commencent à fleurir ici et là.

Source et suite de l’article

Chantal Delsol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.