Les Saints de l’Abbaye de Redon (IXème siècle)

Saints Tethwin, Gerfroi, Fivetein, Conhouarn, Condeloc, Riowen de l’Abbaye de Redon

hagiographie,vie de saints,saints bretons,abbaye de redon

 

 

Tethwin : Tethvin (français), Tevew (breton),Tethviu, – Co-fondateur

Prénom : Tethvin, Tevew – Fête: le 11 Janvier – Étymologie : du celte taith= droit et biu=vif

Il fut l’un des cinq compagnons de Saint Convoyon qui quittèrent Vannes pour fonder la Grande Abbaye de Redon (avec Condeluc, Lohemel, Conhoyan et Wmcalon).

Ronwallon, personne aisée, fit don à l’abbaye de sa maison. L’abbé Convoyon envoya Tethwin récupérer les matériaux de construction pour les ramener au couvent. Chemin faisant une charrette se détacha de ses harnais et dévala une pente. Elle tomba sur Joucom, domestique de ferme, qui eut les jambes et les bras brisés. Tethwin pria ardemment à son chevet. Alors le serviteur se releva, prit ses outils et continua sa besogne comme si rien ne s’était passé. Par sa piété, ilaccéda à la prêtrise. Durant six ans, il perdit la santé. Il devînt muet et paralysé et mourut un 5 Janvier 880.

Lors de ses funérailles une parfum se répandit dans l’abbaye. Albert le Grand le confondit avec Lohemel, un autre compagnon.

***

Gerfroi : Gerfred Gerfray. Gerfredus, Geffroy – Premier bénédictin de l’abbaye – Martyr – Fêté : 11 Décembre

Bénédictin de Saint Maur sur Loire, il partit avec l’autorisation de son supérieur, l’abbé Odon, servir Dieu dans la solitude de la Forêt de la Nouée (Rohan). Il avait pour compagnon un saint homme nommé Fidweten auquel il laissa son ermitage pour regagner l’abbaye de Redon dont le rayonnement était parvenu jusqu’à lui. Saint Convoyon l’accueillit et lui demanda d’enseigner à ses frères, la règle de Saint Benoît. Au bout de deux ans, la règle mise en place, il regagna son abbaye de Saint Maur qu’il avait quitté 20 ans auparavant. A son retour, il alla demander des comptes au Comte Wilfuin qui avait retiré le droit de pêche à ses frères, principal revenu du monastère. Aviné le jour de Pâques, le tyran envoya un certain Adalgaud tuer le bénédictin, à coup d’épée.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.