Le Diable s’appelait André Pomme… portrait d’un révolutionnaire

Avant la Révolution, André Pomme est un des fondateurs du toujours mystérieux Grand Chapitre Général du Grand Orient de France. Certainement impliqué dans l’affaire du collier de la reine, il est obligé de s’exiler en Guyane, colonie dont il devient le premier député.

Alors qu’il siège à la Convention, il y est un des plus violents adversaires du clergé romain, qu’il propose d’envoyer en Guyane pour y remplacer les esclaves noirs. Il passe des paroles aux actes en expédiant d’abord les religieux français, puis les belges.

Fils d’un chef contre-révolutionnaire, André Pomme profite de la situation et devient le principal agent de renseignement de la Convention en Provence. Il est envoyé dans l’Ouest comme représentant en mission de novembre 1794 à mai 1795. Il est d’ailleurs l’un des signataires du traité de la Jaunaye (17 février 1795).

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.