Les cristeros et la grande peur des bien-pensants

Plutarco Elias Calles, l’ancien gouverneur du Sonora qui n’aimait ni les Chinois ni les catholiques, devenu président du Mexique en 1924 par la volonté de son prédécesseur, après une purge sanglante et des élections truquées, l’homme qui accepta, en 1927, un don de 10 millions de dollars versé par le Ku Klux Klan pour éradiquer le papisme, l’homme que Mussolini inspirait et que l’ambassadeur américain Morrow traitait de «gangster», vient de trouver de nouveaux alliés dans les milieux des informateurs religieux et des critiques de cinéma. La rencontre s’est tenue dans une salle obscure lors de la projection du film Cristeros.

Selon eux, Cristeros ferait peu de cas de l’histoire. Admettons. Mais, alors, pourquoi font-ils la même chose? Au palmarès de la désinformation majuscule, deux palmes d’or. Le Monde du 13 mai qui benoîtement suggère que l’autre nom de l’anticléricalisme mexicain serait la laïcité. Lisons donc la constitution «laïque» de 1917: les ordres monastiques sont illégaux (article 5), l’Etat est autorisé à confisquer les biens de l’Eglise (art 27), le gouvernement peut fixer le nombre de prêtres dans chaque localité (article 130).

Il y a pire et c’est dans La Croix du 14 mai. L’auteur écrit: «Mais forçant le trait sur la brutalité des soldats de l’armée fédérale, ce film oublie l’interdit évangélique de toute forme de violence, y compris pour défendre le Christ.» Laissons la fin aux théologiens pour appeler le spécialiste à la barre: «Les vétérans des deux camps, la presse de l’époque, les rapports diplomatiques, les interpellations du Parlement disent tous la même litanie d’horreurs, perpétuées par les photographies, prises par l’armée fédérale. On ne fait pas de prisonniers, on décime les populations civiles prises en otages. La torture est systématique, pour obtenir des renseignements mais aussi pour prolonger le supplice, pour obliger les catholiques à renier leur foi, puisque la mort ne suffit pas […].»* Le contexte de la révolution mexicaine, la nature de la guerre et le recrutement de l’armée expliquent cela.

Cristeros, on l’aura deviné, aseptise largement les crimes fédéraux. Il n’oublie pas de montrer celui commis en 1927 par le général cristero Vega, «Pancho Villa en soutane», lors de l’attaque d’un train. Le seul de ce genre commis en trois ans de guerre par l’armée cristera et de surcroît par un prêtre. Nul manichéisme ici.

Source et suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.