[Guerres de Vendée] « Le Chevalier Adams », héroïne des Guerres de Vendée

La place qui s’étend devant la vieille église romane de Puybelliard, près de Chantonnay, porte le nom du « Chevalier Adams ». Originaire de la paroisse, ce personnage est en fait une femme, une valeureuse combattante vendéenne au temps de la Grande Guerre de 1793. Auguste de Chabot en a brossé le portrait que voici… (via les Brigands du Bocage).

Les historiens de la Vendée militaire ne sont pas d’accord sur le rôle joué par les femmes vendéennes pendant l’insurrection de 1793. À en croire certains d’entre eux, une foule d’amazones se seraient glissées, dès le début, dans les rangs des insurgés, et auraient combattu avec acharnement jusqu’à la fin. D’autres prétendent, au contraire, qu’à part deux ou trois exceptions, aucune femme ne prit les armes, ou, du moins, ne se battit sérieusement. La vérité est entre ces deux opinions extrêmes.

À l’armée de Charette, le nombre des amazones fut relativement considérable : le fait ne saurait être contesté. En Anjou, dans le Haut-Poitou et à l’Armée du Centre, les femmes ayant fait le coup de feu furent au contraire très peu nombreuses, mais chacune de ces trois armées eut cependant des amazones plus ou moins célèbres : Renée Bordereau, par exemple, dont tout le monde connaît les exploits à l’armée d’Anjou ; Jeanne Robin, l’héroïne de Courlay, qui combattit sous les ordres de Lescure, et dont la marquise de La Rochejaquelein, dans ses Mémoires, a immortalisé la touchante équipée ; et enfin ce fameux chevalier Adams, qui se battit si bravement à l’armée du Centre, et qui n’était autre qu’une simple marchande du Puybelliard.

Source et suite de l’article

Place du Chevalier Adams

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.