Quelques notes actuelles autour des « Réflexions sur le métier de Roi » (2/3)

A la suite de notre première partie (à relire ici), continuons donc la lecture des quelques Réflexions sur le métier de Roi, par le Roi Soleil, il y a près de trois siècles :

« Les princes qui ont de bonnes intentions et quelque connaissance de leurs affaires, soit par expérience, soit par étude, et une grande application à se rendre capables, trouvent tant de différentes choses par lesquelles ils se peuvent faire connaître, qu’ils doivent avoir un soin particulier et une application universelle à tout. Il faut se garder contre soi-même, prendre garde à son inclination et être toujours en garde contre son naturel. Le métier de roi est grand, noble et délicieux, quand on se sent digne de bien s’acquitter de toutes choses auxquelles il engage ; mais il n’est pas exempt de peines, de fatigues, d’inquiétudes. L’incertitude désespère quelquefois ; et quand on a passé un temps raisonnable à examiner une affaire, il faut se déterminer à prendre le parti qu’on croit le meilleur.« 

De ces quelques lignes, trois points principaux peuvent être relevés sur le métier de Roi : la nécessaire mais difficile constante de l’objectivité, la charge et la responsabilité qui incombe à la gouvernance d’un pays et l’importance décisionnelle, déjà abordée dans la première partie.

Si la parfaite objectivité à la première magistrature de l’Etat relève de l’utopie, les efforts pour y parvenir doivent être constants et il paraît évident qu’au sein d’un système nourri par l’opposition partisane, il est particulièrement hypocrite d’espérer y accéder par l’élection présidentielle. Ainsi Hollande reste-t-il intrinsèquement lié au Parti Socialiste qui lui a permis d’accéder au Graal présidentiel : suivre les lignes – même salvatrices – proposées par un autre parti lui serait impossible (Imaginez Hollande parler de « Grand Remplacement » et suivre la ligne anti-immigration d’une partie de la droite !). Même s’il possède une légère marge de manœuvre politique, il n’en reste pas moins obligé de suivre les grandes lignes socialistes, même si elles sont intrinsèquement aberrantes.

La seconde leçon, à savoir le sens de la responsabilité à la première magistrature de l’Etat, relève aujourd’hui de l’impensable pour les actuels gouvernants. Constamment en CDD électoraux, ils n’engagent nullement leur personne sur les réformes les plus importantes, et n’ont plus d’honneur depuis longtemps. Un véritable chef d’Etat, conscient des conséquences de ses actes gouvernementaux, ne pourrait souffrir de quelques rustines posées sur des institutions en souffrance : il mettrait toute son ardeur à relever la France…

Affiche Royaliste 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.