Guerre de Vendée L’ami de François Hollande en appelle au devoir de mémoire !

Ténor du barreau parisien, codirecteur de l’hebdomadaire « Témoignage chrétien » et proche de François Hollande (il est le parrain de deux de ses enfants), Jean-Pierre Mignard était invité à s’exprimer sur RTL, vendredi dernier, sur l’interdiction par la justice de la crèche au Conseil général de Vendée. Ce chrétien de gauche est aussi un juriste et, en tant que tel, il approuve la décision du Tribunal administratif de Nantes au nom du « principe de neutralité ».

À vrai dire, rien d’étonnant dans son propos. Plus surprenante est la suite de son discours, surtout venant d’un socialiste et républicain convaincu, au sujet de la guerre de Vendée.

« Ce n’est pas un hasard si ça vient de Vendée parce qu’il y a une question historique et il faut la poser avec beaucoup de vérité et d’honnêteté », explique Jean-Pierre Mignard. « Il y a eu une guerre civile durant la Révolution française en Vendée entre les Bleus républicains et les Blancs qui épousaient la cause du roi ».

« Il y a eu des massacres terribles de part et d’autre, des actes de clémence extraordinaires de part et d’autre mais il est exact que la population vendéenne, massivement catholique, a fait l’objet d’une violence dans la répression qui, je le dis en tant que Républicain, choque les principes des droits de l’Homme. » Et l’avocat de poursuivre son plaidoyer : « Nous ne l’avons jamais vraiment reconnue et je pense qu’il y a un devoir de mémoire et de réconciliation à faire avec la Vendée. »

Plus de détails dans Le Courrier de l’Ouest de ce lundi. A lire sur ordinateur, smartphone et tablette.

La guerre de Vendée (1793-1796) est un épisode de l’histoire de France qui a fait entre 120 000 et 200 000 morts sur le territoire de la Vendée militaire qui comprenait la Vendée actuelle, le Maine-et-Loire (principalement les Mauges), le Nord Deux-Sèvres et la Loire-Atlantique. Parmi ces victimes, beaucoup d’hommes qui avaient pris les armes pour lutter contre les Républicains mais aussi des femmes, des enfants, des vieillards massacrés sur ordre du Comité de salut public dans son entreprise de Terreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.