Jeanne d’Arc au Cinéma

Très bon article à lire sur le site de Politique Magazine :

Membre de l’Institut, Jean Tulard a été professeur d’histoire moderne à la Sorbonne. C’est le spécialiste bien connu de Napoléon, et quoique non médiéviste, il a accepté de répondre à nos questions en tant qu’historien du cinéma, dont les dictionnaires font autorité.

La figure de Jeanne d’Arc a suscité de nombreux films. Est-ce à dire que sa représentation est assez populaire pour inspirer producteurs et réalisateurs ?

De très nombreux personnages historiques ont inspiré le cinéma, mais quelques-uns se distinguent nettement par leur nombre d’apparitions sur les écrans. Jésus mis à part, le premier de tous, c’est Napoléon. Ensuite, viennent Richelieu et Marie-Antoinette qui est la dernière valeur montante des héroïnes de l’histoire servies par le cinéma. En nombre de films, Jeanne d’Arc ne vient qu’après. Mais elle bénéficie d’une particularité : à une ou deux exceptions près, son personnage n’a jamais été parodié ou ridiculisé. Même Luc Besson, dans son film de 1993 avec Milla Jovovich, l’une des interprètes les moins crédibles du rôle dans toute l’histoire du cinéma, est resté respectueux, sur le plan des images, d’un personnage dont une grande part de la dimension lui échappe. C’est difficilement explicable, mais Jeanne inspire aux cinéastes un respect qu’ils n’ont pas souvent pour les rois, les empereurs ou les chefs d’Etat. Certes, dans son film de 1916, Johan the Woman, Cecil B. De Mille imagine un soldat, Eric Trent, qui ayant échoué dans sa tentative de séduction de la Pucelle, incarnée ici par Géraline Farrar, la livre par vengeance aux Anglais. Mais, en dépit de l’aspect délirant de cet ajout romanesque qui ne fait qu’obéir aux canons hollywoodiens, le film reste parfaitement respectueux du personnage et Geraldine Farrar est une Jeanne plutôt convaincante.

Précisément, revenons aux interprètes. Selon vous, quelle actrice, du premier film sur le sujet à aujourd’hui, incarne le mieux Jeanne d’Arc ?

Pour moi, la meilleure c’est Simone Genevois dans le film de Marco de Gastyne, La Merveilleuse Vie de Jeanne d’Arc, sorti en 1929. C’est aussi l’un des films les plus importants sur le sujet, nous y reviendrons. En deuxième, je placerai bien entendu Maria Falconetti dans La Passion de Jeanne d’Arc de Dreyer, sorti un an avant le film de Gastyne et dont l’immense succès critique et public empêcha ce dernier de sortir de l’ombre. Enfin, je citerai tout de même Ingrid Bergman, qui n’est pas si mauvaise que cela dans le film de Victor Fleming de 1948, sans oublier Florence Delay dans Le Procès de Jeanne d’Arc de Robert Bresson en 1962. Notons également la prestation, approuvée par Régine Pernoud, de Sandrine Bonnaire dans le film de Jacques Rivette de 1993,Jeanne d’Arc, que j’ai trouvé assez ennuyeux dans sa réalisation, en dépit d’une rigueur historique plutôt satisfaisante. Pour l’anecdote, il faut signaler une Jeanne d’Arc incarnée en 1954 par Michèle Morgan dans le film à sketches, Destinées ; Jean Delannoy mettait en scène le miracle de Lagny qu’il est le seul à avoir montré. Enfin, notons que Jean Seberg joua le rôle de notre sainte nationale dans un film plutôt raté d’Otto Preminger.

Lire la suite ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.