19 Octobre 1793 : Début de la Virée de Galerne

Le Général Lescure blessé passe la Loire à Saint-Florent, peinture de Jules Girardet, 1882.
Musée Birkenhead.

À la fin du mois d’octobre 1793, après une campagne planifiée par le général Kléber, les forces républicaines de l’armée de l’Ouest et de l’armée de Mayence sont parvenues à coordonner correctement leurs attaques et à prendre les forces vendéennes en étau. Encerclée, l’armée catholique et royale d’Anjou et du Haut-Poitou tente une résistance presque désespérée et livre la bataille décisive à Cholet le 17 octobre 1793. Mais, battue à la fin de la journée, elle n’a d’autre choix que de se replier sur Beaupréau au nord, seule route encore libre, puis Saint-Florent-le-Vieil où elle se trouve acculée sur les bords de la Loire.

La traversée du fleuve est cependant possible. En effet, pendant la bataille, le général vendéen Antoine-Philippe de La Trémoïlle, prince de Talmont, traverse la Loire avec 4 000 hommes et occupe Varades pour garder l’accès à la Bretagne et au Maine en cas de défaite. Sans en recevoir l’ordre, guidés uniquement par la panique, les Vendéens s’emparent de toutes les barques disponibles. Pendant les journées du 17 et du 18 octobre, l’armée tout entière traverse le fleuve; seule une femme se noie. Lorsque, pendant la nuit du 19 octobre, l’avant-garde républicaine entre dans Saint-Florent, tous les Vendéens ont disparu.

Cependant, ces derniers ont perdu plusieurs de leurs meilleurs généraux pendant les affrontements à Cholet. Ainsi, le général Louis de Salgues de Lescure est grièvement blessé par une balle reçue à la tête lors de la bataille de La Tremblaye le 15 octobre. Charles Artus de Bonchamps meurt des suites de ses blessures le soir du 18 octobre après avoir empêché le massacre de 4 000 à 5 000 prisonniers républicains à Saint-Florent-le-Vieil, prisonniers qui ont ensuite été relâchés. Quant au général en chef Maurice Gigost d’Elbée, il est lui aussi grièvement blessé à Cholet, presque au même moment et au même endroit que Bonchamps. N’étant plus en mesure d’exercer son commandement et désapprouvant la marche au nord de la Loire, il ne suit pas l’armée. Il est conduit par quelques fidèles dans l’armée du Marais, commandée par Charette, et trouve finalement refuge dans l’Île de Noirmoutier le 3 novembre.

Dès lors, à Varades, l’armée catholique et royale se retrouve sans chef et doit donc élire un nouveau généralissime. Unanimement, les officiers vendéens choisissent Lescure pour les commander. Mais ce dernier doit décliner l’offre à cause de sa blessure. À la place, il propose aux officiers de choisir Henri de La Rochejacquelein. Celui-ci hésite d’abord, puis finit par accepter; il est élu général en chef à l’âge de seulement 21 ans.

Pendant la traversée, un messager venu de Jersey s’est présenté aux Vendéens. Louis de La Haye-Saint-Hilaire, ancien conjuré de l’Association bretonne apporte un message des princes émigrés en Angleterre. Les anglais promettent de débarquer des troupes, mais, pour cela, il faut que les Vendéens s’emparent d’un port. Les généraux répondent favorablement à cette proposition. Un autre message, écrit par le pape Pie VI, est une réponse à un courrier envoyé par l’abbé Bernier; il annonce que Gabriel Guyot de Folleville, membre du Conseil vendéen, qui se dit évêque d’Agra, est en réalité un imposteur. Embarrassés, les généraux décident finalement de l’écarter discrètement afin de ne pas démoraliser l’armée.

Le 20 octobre, l’armée quitte Varades et prend la direction de Laval. La troupe est forte d’environ 30 000 soldats dont 1 200 à 2 000 cavaliers, sans compter les renforts futurs, accompagnée de 15 000 à 60 000 non-combattants, blessés, vieillards, femmes et enfants. Il est généralement estimé que 60 000 à 100 000 personnes au total, vendéens et chouans, ont pris part à la Virée, le nombre de 80 000 personnes étant le plus souvent cité. Toute cette troupe forme une colonne longue de 18 kilomètres. Les principaux officiers vendéens sont alors Henri de La Rochejacquelein, général en chef, Jean-Nicolas Stofflet, commandant en second, Antoine-Philippe de La Trémoïlle, prince de Talmont, commandant de la cavalerie, secondé par Henri Forestier, Gaspard de Bernard de Marigny, commandant de l’artillerie; Guy Joseph de Donnissan, président du conseil vendéen; les autres chefs sont Charles de Royrand, François de Lyrot de La Patouillère, Jacques Nicolas Fleuriot de La Fleuriais, Charles de Beaumont d’Autichamp, Piron de La Varenne, Louis de La Roche-Saint-André, des Essarts, Charles Sapinaud de La Rairie et Rostaing. L’armée est toujours accompagnée du général Lescure, qui ne pouvant plus prendre part aux combats, continue néanmoins d’offrir ses conseils à l’état-major.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.