Histoire : Jean Terrien dit Coeur de Lion

Jean Terrien dit Coeur de Lion
Jean Terrien dit Coeur de Lion

(18 juillet 1766 à la Rouxière- 23 décembre 1855 à Nantes)

Jeune séminariste en 1789, il est contraint de quitter le séminaire Saint Clément en mai 1791 suite à la proclamation de la Constitution civile du clergé. Il participe au soulèvement de mars 1793 et après son échec au nord de la Loire, rejoint dès le 1er avril, Bonchamps à Saint Florent le vieil.

Très vite nommé officier, il participe aux heures importantes des guerres au sud de la Loire. Il se distingue à l’affaire de Coron en
juillet et est blessé à l’attaque des Ponts de Cé. De retour à la tête de sa compagnie, il est envoyé avec Plouzin prendre la commune de Varades en face de Saint Florent pour faciliter le passage de l’armée au-delà de la Loire. Il participe sous les ordres de d’Autichamp à toute la virée de Galerne jusqu’à la bataille de Savenay. Réfugié dans les forêts de Châteaubriant, il y organise le mouvement. Colonel de l’armée de Scépeaux, il est envoyé par ce dernier à la conférence de la Mabilais en avril 1795 et en sera l’un des 22 signataires. En juillet 1795, il reprend les armes et livre divers combats victorieux. Plusieurs actions furent menées contre le colonel Muscar et le capitaine Sigisbert Hugo (père du poête). Il livre deux jours de combats, début février 1796, contre le général Humbert lors de l’affaire d’Auverné et lui inflige plus de 200 morts et blessés. Il est fait chevalier de saint louis le 15 avril 1796. Il ne dépose les armes qu’en juin, alors que son général a signé la paix en mai.

 

Lire la suite de l’article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.