[Mise à jour] Chant historique breton : Ar re C’hlas (Les Bleus)

Les Bleus (l’armée républicaine) ont envahi le pays breton et réprime la contre-révolution, les prêtres réfractaires et ceux qui les suivent. La chanson exhorte les bons Bretons à la résistance, appelle les nobles à prendre la tête de la lutte, et se termine par l’espoir de voir revenir un jour la « bonne loi », avec Dieu sur ses autels et le roi sur son trône

Ar chas a glevan oc’h harzal ! setu ar soudarded C’hall ! (bis)
Tec’homp kuit trezek ar c’hoajoù ! kasomp a-raok hor chatal ! (bis)

Daoust hag-eñ, paotred Kernev, e c’houzanvimp da viken,
E c’houzanvimp ar vac’herien a wask al labourerien ?

Gwallet gante hor merc’hed koant ; lazhet mamm ha mab ha den;
Lazhet zoken an dud klañv paour, balamour d’o daouarn gwenn.

Tanet gante ti ar beorien ; diskaret ar manerioù ;
Devet an ed, devet ar foenn, er parkoù hag er prajoù.

Troc’het ar gwez el liorzhoù, ha laket da ober tan ;
Ken na vo avaloù na chistr, da nav pe zek vloaz ac’han.

Laeret hor saout, hon ounnered hag hon ejenned, siwazh !
Ha kaset mesk gant o ferc’henn, d’ar c’higer d’ar c’hêrioù bras.

Laeret zoken traoù an iliz; pilet zoken hon tourioù ;
Straojet zoken ar garnelioù, ha skignet ar relegoù.

Gwastet traonioù kaer Breizh-Izel, ken druz ha ker glas gwechall ;
Ken na glever mui tro-war-dro mouezh den, kennebeut chatal.

Partition et suite du chant ici

Voici la traduction de ce chant, gentillement transmis par un de nos lecteurs (Merci à Mr Le Lay et à  Ar Gedour) :

1. Les voilà, les soldats français!
J’entends les chiens qui aboient.
Chassons devant nous nos troupeaux,
réfugions-nous dans les bois!

2. Cornouaillais, nous faudra-t-il
toujours souffrir ce malheur,
Toujours souffrir des brigands qui
oppriment les laboureurs?

3. Ils violent nos filles, ils tuent
mères, pères et enfants
A cause de leurs mains blanches,
les malades innocents.

4. Ils brûlent la maison du pauvre
et abattent le château;
Ils brûlent les blés et les foins,
dans les champs, sur les coteaux .

5. Dans nos vergers les arbres qu’ils
coupent servent à leurs feux;
Il n’y aura pommes, ni cidre
une décennie ou deux..

6. Les vaches, les génisses et
les boeufs qu’ils nous ont volés,
Avec leurs maîtres sont conduits
vers les villes au boucher.

7. Ils ont pillé l’or des églises,
et abattu nos clochers,
Nos ossuaires sont détruits,
les reliques dispersées.

8. Les vallées de Basse Bretagne,
où nous paissions nos bestiaux
Ne résonnent plus de la voix
de l’homme, ni des troupeaux.

Chouannerie

Une réflexion sur “[Mise à jour] Chant historique breton : Ar re C’hlas (Les Bleus)

  • 10 juin 2013 à 10 h 34 min
    Permalien

    Une bonne traduction ici : http://chrsouchon.free.fr/rehlazf.htm
    Il ne s’agit pas à proprement parler d’un cantique, mais d’un chant historique.
    Les couplets que vous avez mentionnés sont les 8 premiers, et peuvent se traduire ainsi, comme indiqué dans le lien précédent .

    1. Les voilà, les soldats français!
    J’entends les chiens qui aboient.
    Chassons devant nous nos troupeaux,
    réfugions-nous dans les bois!

    2. Cornouaillais, nous faudra-t-il
    toujours souffrir ce malheur,
    Toujours souffrir des brigands qui
    oppriment les laboureurs?

    3. Ils violent nos filles, ils tuent
    mères, pères et enfants
    A cause de leurs mains blanches,
    les malades innocents.

    4. Ils brûlent la maison du pauvre
    et abattent le château;
    Ils brûlent les blés et les foins,
    dans les champs, sur les coteaux .

    5. Dans nos vergers les arbres qu’ils
    coupent servent à leurs feux;
    Il n’y aura pommes, ni cidre
    une décennie ou deux..

    6. Les vaches, les génisses et
    les boeufs qu’ils nous ont volés,
    Avec leurs maîtres sont conduits
    vers les villes au boucher.

    7. Ils ont pillé l’or des églises,
    et abattu nos clochers,
    Nos ossuaires sont détruits,
    les reliques dispersées.

    8. Les vallées de Basse Bretagne,
    où nous paissions nos bestiaux
    Ne résonnent plus de la voix
    de l’homme, ni des troupeaux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.