Citation d’Hélie de Saint Marc, lors de l’éloge aux morts d’Indochine

« Le devoir de mémoire n’est pas qu’une simple formule oratoire, il est une profonde et charnelle réalité. […] Nos jours sont comptés. De tout ce que nous laisserons, rien ne nous sera rendu. Mais dans la suite des temps et la succession des hommes, il n’y a pas d’actes isolés. Il faut toujours croire à la force du passé, au poids des morts, au sang versé et à la mémoire des hommes. […] Nous le savons, demain recule d’heure en heure, mais demain courra également, sans trêve, d’âge en âge ! »

Hélie de Saint Marc dans son discours au monument Indochine de Dinan, le 8 Juin 2009

Hélie de Saint Marc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.